Vous empruntez régulièrement le chemin du Keelbeek ?
Savez-vous que son existence est menacée par la construction de la « mégaprison de Bruxelles » ?
En effet, le chemin du Keelbeek risque d'être fermé et détourné, privant ainsi de passage les promeneurs, les cyclistes, les coureurs, celles/ceux qui utilisent le chemin pour se rendre à leur travail ou faire leurs courses, etc.

Joignez-vous au combat contre le projet de construction de « mégaprison » ! Ce projet est en effet de plus en plus critiqué, que ce soit par les citoyens, les économistes, le monde judiciaire ou politique.

Votre soutien est donc précieux, surtout en ce moment !
Restez informé de nos actions et réunions en envoyant votre e-mail à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Signez également la pétition http://www.petitions24.net/question_carcerale_belgique

Merci d'avance !

 

Le collectif Vrije Keelbeek Libre 

 

 

 

Mercredi 30.09↩ Protestons contre l'évacuation violente du Keelbeek !

A la séance publique de la Commission de concertation
Aan de openbare zitting van de Overlegcommissie
09:30 Centre administratif de la Ville de Bruxelles,  boulevard Anspach,  6 à 1000 Bruxelles

Le développement du site en prison va amener, la chute de la valeur écologique de la zone. L’espace
ouvert actuel, la mixité des prairies, brouissailles et petits bois, vont pour la plupart, disparaître et
s’endurcir en partie. On peut s’attendre à ce que le site fasse fuir un certain nombre d’oiseaux
nicheurs des maquis ouverts et végétations brouissailleuses (par ex. Rousserolle verderolle, Fauvette
grise ou Pouillot fitis). Les possibilités de nutrition des rapaces comme Buses variables et Faucons
crécerelles, qui vivent de petits mammifères sur le site actuel, vont aussi être emportées par les
nouveaux développements.

 

 

Il existe à Haren (ville de Bruxelles) une grande et belle friche qui s'inscrit dans une zone (Haren) qualifiée par l’IBGE en 2012 de "sous-région sous influence agricole".

Ca veut dire "déstructuration et la juxtaposition d’éléments divers tels que des habitations, des anciennes fermes en activité ou non, des terrains de sport, de grands axes de communication, des entreprises,..."

 

Dans le temps, de grands complexes de terres agricoles périphériques étaient préservés parce qu’ils étaient repris comme « zone de réserve foncière » dans les plans d’aménagement du sol.

 

Actuellement (été 2013) il ne reste plus cependant à Haren aucune ferme en activité et subsistent seulement quelques petits terrains agricole dans le village. Le reste du paysage de Haren a mué depuis un an et la vague immobilière continue.

 

L’un des derniers lieux qui préserve les caractéristiques initiales de cette sous-région est un espace d’environ 18 Ha dénommé « La Friche du Keelbeek » qui est traversée par un sentier vicinal.

 

Ce site est important.

 

Dès lors le Comité des Habtiants de Haren, avec le soutien de la C.E.B.E., a décidé de tenter de protéger ce grand espace en le soumettant à la procédure de classement prévue dans le COBAT (Code Bruxelois de l'Aménagement du Territoire).

 

L'intérêt d'un classement est que si le propriétaire souhaite entamer des travaux (une méga-prison par exemple) dans un site classé, ils sont soumis à l'autorisation préalable du Gouvernement de la Région de Bruxelles-capitale après avoir requis l'avis de la Commission royale des Monuments et des Sites.

Malheureusement, le gouvernement n'a pas accepté de classer la zone.

Vous trouverez l'essentiel des documents rentrés pour cette demande ci-dessous

 

Connexion - Aanmelden

Recherche

Newsletter